Paysage sous surveillance

/sites/default/files/styles/fond-vue/public/spectacles/images/paysage-sous-surveillance/paysage-sous-surveillance-63.jpg?itok=KrPV-NVR

Paysage sous surveillance

de Heiner Müller
mise en scène Marie Lamachère
avec Oliver Derousseau, Emmanuelle Lamachère et Nathalie Nambot en alternance avec Dienaba Dia

Presse

Images-palimpsestes - 03/04/2003 - Mouvement

Poursuivant depuis trois ans un travail d'atelier sur Heiner Müller, Marie Lamachère vient d'offrir dans la petite salle du Théâtre du Hangar, à Montpellier, une «lecture» singulière de Paysage sous surveillance, un texte que l'on hésite à dire «de théâtre», tant il déjoue les attendus du genre.

Anciennes représentations

du 15 au 18 juin 2001
Cinéma Le Royal (version 1)
Du 24 février au 24 mars 2003
Théâtre du Hangar, Montpellier (version 2)
20 avril 2004
Ramdam, Sainte-Foy-les-Lyon (version 2)

« (…) Les textes doivent devenir une réalité qui ne se contente pas de représenter mais permette d’approcher la nostalgie ou l’intuition d’un autre possible . »

« (…) une possibilité : utiliser le théâtre pour de tout petits groupes (pour les masses, il n’existe déjà plus depuis très longtemps), afin de produire des espaces d’imagination, des lieux de liberté pour l’imagination. »

Heiner Müller, Fautes d’impression.

 

Ici, pas d'espace préalable, magiquement neutre, vide et silencieux, dans lequel ce qui se passe s’appelle « Théâtre » en vertu de ce retrait depuis quelque chose de plus complexe, bruyant et plein : « le monde », « la vie »… qu’on retrouverait ou reconnaîtrait là, dans ce lieu, magnifiés, augmentés, et enfin rendu compréhensibles. L’espace est déjà rempli. Rempli d’histoires. Histoire de ce qui s’est fait … se fait.

L’acteur peut, s’il veut, continuer de mesurer la situation à l’aune d’a priori sur les situations,  et nous faire l'étalage de sa science des intentions qui donnent aux actes des mobiles… Ou bien, L’acteur peut tenter d’approcher quelque chose d’un « autre possible ». Même s’il est difficile, maintenant, d’être « innocemment » utopiste. L’acteur  manifeste la possibilité ou l’impossibilité, ou la possible impossibilité du choix de l’action. Sur scène  — les conséquences s’assumeront dans l’ordre de la fiction — il expérimente et éprouve des lignes de forces autres que celles que dessinent les savoirs préalables sur le sens de l’action. L'acteur a, avec lui : UN TEXTE ; manière d’entrer en dialogues [Texte clôt, déjà écrit. Pas d’évidence dans les mots. Rappel que les mots existent, (maintenant  !!!) avant la bouche pour les dire] DES "CHOSES" ; matière animée, liquide, rocheuse, plastique, colorée, transparente, morte, lumineuse… Parole et objets dont il vérifie l’usage, l’usure, AU CONTACT, et DANS LE TEMPS.

Je ne mets pas en scène un texte, ni un spectacle, mais un dialogue d'acteurs à acteurs. L'acteur fait un geste; son acte révèle un monde. Face à lui un autre acteur, dévoilant un autre monde, lui répond. Le sens prend dans l'ECART des questions et des réponses qui s'entrecroisent. CO-PRESENCES DANS UNE DUREE AVEC PAROLES ET SILENCES.

Heiner Müller, dans Paysage sous surveillance, fait retour sur une catastrophe et sur une utopie. ça parle de l'Histoire; et pose l'hypothèse d'un lieu pour un état des lieux – le théâtre ? Mais sa pièce rend impossible la simple quête de repères historiques.  L'histoire n'est pas une citation ! Et c'est précisément cela qui est intéressant et marque l'ENJEU, à un moment de l'histoire des représentations où la référence à la révolution (via des personnages stéréotypés de Danton, Che Guevara, Zapata voire Gandhi, ou via des symboles) sert d'argument publicitaire au commerce sur le Net. Ici, pas de personnages qui tiennent leur rôle dans le drame. Impossible de faire semblant d'y être, d'en être, sur une scène qui exhiberait les prophéties et les écueils, enfin compris, des "entreprises" révolutionnaires. Impossible de tenir longtemps la position d'une extériorité objective ou d'une subjectivité qui se suffirait de sa perception de l'événement.

Ici, maintenant, ça part de la "description d'une image" (Bildbeschreibung, le titre allemand de la pièce). VOIR ce qui a lieu, SAVOIR ce qui a eu lieu, PREVOIR ce qui aura lieu… chaque effort de l'entendement supporte d'avoir à en passer par l'image et sa construction (symbolique, allégorique, métaphorique… idéologique…). C'est donc le REGARD qui doit opérer sa métamorphose: du plan (extérieur) arrêt sur image, au plan (intérieur) mobile (proche des errances du rêve), vers un autre possible…

Œil sans innocence ni "pré-science", Pensée développant son mouvement sans plus de certitude d'une diffraction que d'un centre légitime, Actes vérifiant le champ des évidences d'une expérience commune, et vérifiant l'ERREUR, l'IMPASSE et l'OUBLI.

Marie Lamachère

Distribution

Version 1 :

Texte : Heiner Müller (traduction de Jean Jourdheuil et Jean-François Peyret)

Mise en scène : Marie Lamachère

Avec : Diénaba Dia et Emmanuelle Lamachère

Accessoires et décors : Emmanuelle Lamachère

Photographe : Samuelle Hall

 

Version 2 :

Texte : Heiner Müller (traduction de Jean Jourdheuil et Jean-François Peyret)

Mise en scène : Marie Lamachère

Avec : Emmanuelle Lamachère et Nathalie Nambot

Scénographie : Marie Lamachère

Accessoires et construction : Emmanuelle Lamachère

Son : Olivier Derousseau

Lumières et régie : Gilbert Guillaumond

Stagiaire technique : Valentin Valles

 

Version filmée :

Texte : Heiner Müller (traduction de Jean Jourdheuil et Jean-François Peyret)

Mise en scène : Marie Lamachère

Conception et Réalisation collective des plans-séquences : Olivier Derousseau, Diénaba Dia, Gilbert Guillaumond, Emmanuelle Lamachère, Marie Lamachère, Marianne Leconte, Nathalie Nambot.

Avec : Diénaba Dia, Emmanuelle Lamachère, Marianne Leconte, Nathalie Nambot.

Scripte : Marianne Leconte

Technique son et image : Olivier Derousseau, Gilbert Guillaumond, 1&1.

Accessoires, construction, intendance des repas : Emmanuelle Lamachère

 

Production

Production : Interstices

Avec le soutien de la DRAC Languedoc-Roussillon, du Conseil Général de l’Hérault, de l’Agglomération de Montpellier, de la Mairie de Montpellier, de Pass’ Culture CROUS.

Remerciements : au Cinéma Le Royal, au Théâtre du Hangar, à 1&1, à la promotion 2003 du DESS de Nanterre-Amandiers, aux participants de l’atelier Pièces-Poèmes.