Chemins d'utopies

/sites/default/files/styles/fond-vue/public/spectacles/images/phalansteres-imaginaires/phalansteres-imaginaires-264.jpg?itok=sgsZY0QI

Chemins d'utopies

les phalanstères imaginaires
Charles Fourier
Marie Lamachère
Michaël Hallouin, Damien Valero, Laurélie Riffault
automne 2016
Lozère Rendez-vous

Presse

EN 2016 et 2017 nous serons en résidence dans divers lieux de Lozère et du Lodévois et Larzac pour des moments d'enquête et de récolte qui nourriront la création de la création Nous qui habitons vos ruines. Pièce qui sera répétée à l’Atelier des Songes à Mende, et que nous vous présenterons de manière itinérante en fin 2017 et début 2018.

Notre intention est d’éprouver l’hypothèse suivante : une idée politique qui s’expérimente par le malheur du peuple est une idée fausse. Une idée politique est vraie si elle fournit la preuve qu’elle est occasion de bonheur pour tous les gens : c’est-à-dire EU-topie mise en œuvre.
Charles Fourier, disait André Breton, est un « rêveur sublime », un des « grands visionnaires qui crurent avoir raison de la routine et du malheur ». Charles Fourier n’écrivait pas de théâtre. Il a produit, entre 1808 et 1836, d’épais volumes d’explications et des plans de constructions pour des « phalanstères » : modèles de communautés conçues selon les principes de l’Harmonie et des lois de l’Attraction passionnée : des hommes et femmes vivants et travaillant en libres associations selon leurs désirs et leurs passions. Il dénombre cinq passions sensorielles correspondant aux cinq organes des sens, quatre passions affectives et trois passions « distributives ». Faute de vivre selon ses passions et désirs, l’homme dépérit en « civilisation », laquelle est un « monde à rebours », un « enfer social », une étape de l’évolution humaine proche de la Barbarie et loin, très loin de l’Harmonie …
Fourier, qui ne manquait pas d’imagination, ambitionnait de révolutionner la vie de part en part : l’habitat, l’agriculture et la nourriture, l’amour, l’éducation des enfants… Son œuvre est drôle, imaginative, fantasque, et les portes d’entrées, multiples.
Son rêve a suffisamment marqué les esprits pour que Engel en fasse le précurseur de Marx, Herbert Marcuse le précurseur de Freud, et André Breton l’ancêtre des surréalistes… Pour Roland Barthes c’est un auteur « logothète » au même titre que Flaubert. Michel Butor voit en lui le « génial anticipateur non seulement du socialisme, de la pédagogie la plus récente, de la climatologie mais aussi de la psychanalyse et de certaines des recherches les plus fécondes de l’art contemporain ». Ainsi Fourier inspire les philosophes, les hommes politiques, les architectes, les poètes …
Nous voudrions mener notre propre enquête sur la manière dont les rêves de Charles Fourier inspirent, encore aujourd’hui, les expériences originales qui se mènent sur « les sentiers de l’utopie »…
Nous enquêterons avec celles et ceux qui le voudront bien, sur les tentatives utopiques de vie en « communauté », en collectif, et sur les expériences de « vie réinventée ». Et nous travaillerons ainsi en aller-retour entre l’Atelier des Songes, lieu de fabrique artistique de Scènes Croisées de Lozère et plusieurs lieux d’investigations.


Au cours de l’enquête qui sera menée de juin 2016 à juin 2017, nous proposerons plusieurs rendez-vous publics sur chacun des territoires d’investigations poétiques et politiques :

Communauté de communes de la Cévenne des hauts Gardons

Communauté de communes des Cévennes au Mont Lozère

Communauté de communes Goulet Mont Lozère

Saint-Chély d’Apcher et Saint-Alban-sur-Limagnole

Le Lodevois et Larzac

• Des lectures et performances pour ouvrir une fenêtre sur les Phalanstères imaginaires de Charles Fourier,
• Des stages, des ateliers pour nous rencontrer dans le travail et la joie de l’Art,
• Des conférences, des films, des débats, pour élargir l’horizon,
• Des interventions avec marionnettes pour inviter les plus jeunes au Grand Rêve Général,
• Enfin des Festins pour mettre en pratique la « Gastrosophie » fouriériste…

 

  • Chargée de diffusion et production : Leïla Cossé

La résidence Chemins d’utopies conduite par la compagnie Interstices, Scènes croisées de Lozère et la Communauté de communes Lodévois et Larzac est mise en œuvre dans le cadre du dispositif d’immersion artistique et culturelle dans les territoires, piloté par Derrière Le Hublot. Elle s’inscrit dans le projet de développement des arts vivants en Massif central (DAV), cofinancé par le Fonds national d’aménagement et de développement du territoire (FNADT) et l’Union européenne dans le cadre du programme opérationnel interrégional FEDER Massif Central.

 

Théâtre de Beauvaisis (artistes associés)